Notre aventure française

June 3, 2018

Nous avons quitté le parvis de Notre Dame depuis 41 jours et nous nous trouvons aujourd'hui à Hendaye. 1485 kilomètres ont été parcourus en 24 journées de route. Nous avons quitté Paris pour Fontainebleau, Orléans, Vendôme, Saumur, la Roche sur Yon, l'île de Ré, Rochefort, Bordeaux , Biscarosse, Mimizan, Seignosse, Bayonne... Nous avons passé la Seine, le Loing, la Loire, la Charente, la Dordogne, la Garonne, l'Adour, la Nive... Nous avons passé des nuits dans les champs, dans les forêts, sur la terre, sur le sable, sous les pins, sous les étoiles, sous la pluie... 

 

Il est maintenant temps de dresser le bilan de notre aventure française, que l'on peut considérer comme "le prologue de notre Voyage"

 

En prenant la décision de partir, nous avons sciemment accepté le fait de laisser derrière nous le confort auquel on s'habitue si facilement, pour intégrer un mode de vie plus simple, où on laisserait une plus grande part à l'écoute de soi, des autres et de l'environnement dans lequel nous évoluons. Au confort pratique de la vie sédentaire, nous avons préféré celui, plus romantique, d'une vie nomade où les petits plaisirs deviennent grands. 

A un quotidien rythmé par un travail, des études, des obligations, nous avons choisi celui, plus doux, de nos envies, des rencontres, et de la beauté du monde qui nous entoure. 

Notre maison s'est vue pousser des roues. Notre chambre, une toile et un duvet. Et la taille de notre cuisine avoisine maintenant celle d'une casserole.
Tous les matins de ces derniers mois, nous avons vécu un grand nettoyage de printemps, afin de mieux connaitre et équilibrer notre chargement. Tous les soirs ont été marqués par une remise en question des sages décisions du matin, à la recherche d'un couvercle, d'une chaussette ou autre artefact nécessaire à un bivouac réussi. 

 

Plus jeune, en partant en vacances, propulsé à 130 kilomètres à l'heure, nous regardions défiler les images d'un paysage français, que nous connaissions finalement très mal. Aujourd'hui, nous passons sous les ponts des autoroutes d'où, enfants, le nez collé à la vitre, nous regardions couler une rivière ou un fleuve. 

C'est un plaisir de sentir chaque odeur, d'entendre chaque son, de sentir la chaleur du soleil ou la fraîcheur de la pluie, de voir changer le ciel ou venir du crépuscule. 

Pédaler, se laisser aller, s'oublier dans le temps, laisser défiler les images verdies d'un paysage printanier, puis reprendre ses esprits, quelques kilomètres plus tard, dans le présent. 

 

Nombreux sont ceux qui finissent par conclure de leurs voyages que les plus beaux paysages ne sont pas nécessairement les plus éloignés. Novices sur la question, pour ne pas passer à côté de cette morale et pour profiter de nos familles et de nos amis, nous avons pris le temps de traverser diverses régions, sans emprunter nécessairement le chemin le plus direct.


Nous vivons au rythme de nos vélos, qui, contrairement à des engins motorisés, nous permettent de profiter de chaque instant. Ils suscitent facilement l'intérêt des curieux, nous apportent des sourires et de bien belles rencontres. 

 

Il y a ceux qui ne nous voient pas, d'autres qui sont rivés sur la machine, et certains qui, au simple croisement d'un regard, nous obligent à poser le pied à terre et à entamer la discussion. Ils veulent savoir d'où l'on vient, s'interrogent sur notre destination, se demandent combien de temps cela nous prendra... mais tous nous encouragent avec un regard bienveillant et leur plus profonde gentillesse. La plupart de ces rencontres agissent comme un plein d'énergie, et nous permettent toujours de repartir avec le sourire. Certaines, sans que nous l'ayons décidé, se transforment en moments de partage inoubliables.


Pendant ces 41 jours, nous avons effectivement dormi dehors, sous la pluie ou les étoiles, mais surtout, nous avons été merveilleusement accueillis dans de jolies maisons confortables, par des personnes rencontrées en chemin, des amis et des membres de nos familles.

 


Demain, nous quittons la France pour ne plus y revenir avant un sérieux moment.

Demain, nous mettons fin au prologue du voyage qui, petit à petit, devient notre quotidien, sans jamais devenir monotone.

Demain, nous laissons derrière nous le pays que nous connaissons, dont nous maîtrisons la langue, les codes et, au moins approximativement, la géographie.

Demain, nous laissons le confort de l'accueil d'amis et de la famille, pour nous plonger dans l'inconnu.

 

 

 

Share on Facebook
Please reload

Posts à l'affiche

Une rapide traversée

November 22, 2019

1/4
Please reload

Posts Récents

November 22, 2019

September 5, 2019

June 5, 2019

Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Instagram Social Icon